Encens

Les encens traditionnels ont plusieurs origines. Les plus connus sont indiens, thaïlandais, mais aussi japonais, tibétains et j’en oublie. En bâtonnets avec ou sans bambou, en « crotins », en cônes, en résine, poudres, grains ou même en petits morceaux de bois, chacun peut choisir en fonction de ses goûts ou besoins.

Utilisés depuis la nuit des temps par l’église, pour la magie blanche, verte ou noire, les encens ont une place privilégiée dans les travaux énergétiques, spirituels ou occultes. Certains ont la vertu d’apaiser, de pacifier, d’autres vont nettoyer, purifier, d’autres encore vont augmenter l’énergie d’un lieu, etc… leurs fonctions sont larges.

Privilégiez toujours les essences naturelles plutôt que des encens industriels qui ne présentent que peu d’intérêt pour le travail vibratoire. 

Les bâtonnets

Les plus vendus car très pratiques et proposés dans un grand choix de variétés.

Les résines

Elles sont plus fortes que les bâtonnets, que ce soit d’un point de vue olfactif ou vibratoire. Pour les utiliser, il est nécessaire de les faire « fondre » sur un charbon ardent à poser sur un lit de sable dans une abalone ou toute autre forme sacrée comme une coquille Saint Jacques par exemple. 

Les feuilles et morceaux de bois

Dans cette catégorie, les plus connus sont le Palo Santo, véritable bois de Santal à l’odeur extraordinaire, et la sauge blanche, la plus connue des plantes purificatrices. Dans les 2 cas, il sera souhaitable de disposer d’une abalone pour éviter les brûlures. 

Les encens thaïlandais

Sous formes de petits « crottins », ces encens ne sont fabriqués que dans un seul petit village thaïlandais, d’où leur appellation d’encens rares. Particulièrement prisés pour leurs odeurs raffinées et leur efficacité, ils sont considérés comme un des must des encens actuels.

Les portes encens

Chacun est adapté à un type d’encens particulier